Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Christelle Hébert Pavie Union Agricole

Des rendements disparates

22 Juillet 2011 , Rédigé par Christelle Pavie Publié dans #Divers

La moisson est en cours en Haute-Normandie, l’occasion de dresser un premier bilan.

De grandes disparités de rendements sont rapportées entre les parcelles, c’est d’ailleurs la tendance générale au niveau français. « Des déficits hydriques locaux ont été relevés, avec une pointe entre avril et mai. C’est en juin que le retour des pluies a permis une reprise ou un maintien des cultures, mais par endroit le mal était fait ».

Le nord de la France a bien résisté à la sécheresse « Les rendements d’escourgeons s’étalent de 20 à 105q/ha », d’après Philippe Hallé. La récolte d’orges d’hiver est réalisée à 50 % dans la région, pour un rendement moyen attendu à 80q/ha. Mais « la meilleure partie reste à récolter ». Dans la zone de collecte de Cap Seine, des rendements faibles sont rapportés dans « les petites terres », mais dans les sols limoneux ayant de bonnes réserves hydriques, les rendements sont corrects. « Les poids spécifiques des escourgeons sont satisfaisants, sauf en petites terres », insiste Philippe Hallé. La collecte devrait être moindre sur cette espèce avec des rendements en baisse de 5 à 10q/ha par rapport aux deux dernières années, cependant il y a des hectares en moins sur cette culture en 2011, assure Philippe Hallé. Selon lui « en colza, quelques parcelles ne devraient produire que 15q/ha, environ 1% des parcelles seraient en dessous des 20q/ha ». Il reste deux tiers des colzas à récolter sur le périmètre de Cap Seine. Les rendements vont de 15 à 58q/ha, mais en moyenne devraient être supérieurs à l’an dernier, à environ plus de 40q/ha.

« Malgré de grandes disparités avec des extrêmes bas, des records sont attendus à plus de 60q/ha en colza », souligne Philippe Hallé. En blé, chez Cap Seine les premières récoltes concernent les plus mauvaises terres, et sont réalisées sur moins de 5% des emblavements. Pour le moment, les rendements vont de 25 à 95q/ha, ce qui laisse présager une suite meilleure ; « ce n’est pas une année catastrophique », insiste Philippe Hallé. Selon lui, « les poids de mille grains (PMG) sont corrects mais pas exubérants, c’est surtout la très bonne fertilité des épis qui fera le rendement cet année. Pour conclure, les rendements en blé devraient être proches de la moyenne des 5 dernières années ».

Propos receuillis par l'Union Agricole auprès de Philippe Hallé,

responsable du service agronomique chez Cap Seine.


Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article